Patience ? Courage ?

« T’as du courage de faire ça, moi je pourrais pas ! »

Tu pourrais pas quoi ? Je ne fais rien d’extra-ordinaire, j’élève mes enfants 🙂
Avec l’annonce de notre décision sur mes réseaux sociaux pro, vous avez été suuuuper nombreuses et nombreux à me dire que j’avais beaucoup de courage, que vous ne seriez pas capables d’avoir les enfants H24 avec vous, tout ça. Mais qui vous a dit que j’allais être H24 avec mes fils ? Je suis femme en plus d’être mère, et je suis humaine, j’aurais donc évidemment besoin de souffler de temps en temps, tout comme il y a des jours de repos pour les personnes qui travaillent. Mes loulous ont leur père pour s’occuper d’eux également, ils peuvent aller chez les mamies, je compte leur proposer une ou deux activités sportives ou culturelles, et nous allons régulièrement chez des amis (avec enfants), chez lesquels on pourrait presque les oublier tellement ils s’occupent les uns des autres ! Une vie tout à fait normale en somme, que tous les parents vivent en période de vacances en général, sauf que nous se sera comme ça toute l’année. Je ne nous coupe pas du monde, mais surtout, je ne ME coupe pas du monde 🙂
AAAAAHHHH la fameuse socialisation.

Pour beaucoup, en plus de la méconnaissance du statut tout à fait légal de l’instruction en famille, vous avez cette formule « j’aurais pas la patience ». J’ai encore croisé une de mes petites clientes en allant chercher un colis tout à l’heure qui me disait qu’elle n’aurait pas pu pour cette raison, mais la patience, vous savez, c’est comme une langue vivante, ça se travaille ! En pratiquant tous les jours un peu, ça vient plus facilement, on ne cherche plus 36 solutions pour communiquer, on s’adapte, on s’impose, on comprend, et on reformule si jamais la situation ne se débloque pas 🙂

Demandez à ma mère si y’a 6 ans de ça elle m’aurait défini comme « patiente »
AHAHAHAH ! (Maman, si tu me lis <3).
Avant Matéo, je savais rien attendre. Pas même que le feu passe au vert. Mais déjà avec la grossesse t’es bien obligée de t’y plier, de faire tes 8 mois minimum si tu veux pas avoir de soucis avec ton bébé. Tu dois patienter avant les échographies, patienter pour connaitre le sexe, patienter pour sentir bouger, patienter encore pour la naissance, le tout avec contractions à la clé.. Ah il n’était même pas né que la patience j’ai du l’apprendre ! Et la suite ? Les parents la connaisse. Toutes les étapes de la vie de ton enfant, tu les attends. ATTENDRE. PATIENTER. Un apprentissage comme un autre.
Et oui, je suis tellement humaine que moi aussi, je craque parfois, comme tout le monde, je pète les plombs quand je les vois se chamailler pour ce qui me semble être une broutille, je râle quand je vois le bazar dans ma maison, et je crie quand je perd le contrôle de mes émotions. Mais j’me soigne. Je suis CONSCIENTE de mes limites. 😉
Je n’utiliserai d’ailleurs jamais l’expression parentalité « bienveillante » ou « positive » parce que ça sonne archi faux, et qu’en plus ça prône une vérité absolue qui n’existe pas dans la parentalité.
Vous me lirez ici en revanche utiliser les termes parentalité « emphatique », et « consciente », car oui, j’essaie de comprendre ce que peuvent ressentir mes enfants avant de râler, et oui, je suis consciente des limites de chacun et chacune, donc je tente de les respecter. Je lis beaucoup sur les neurosciences cognitives chez l’enfant, sur l’hypersensibilité (pour m’adapter au mieux à Matéo), et sur les diverses méthodes pour calmer les tensions au sein de ces binômes parent-enfant / enfant-enfant. J’vous ai dit, c’est comme une langue vivante, ça se travaille. Mais avec l’école, je vois bien que mon travail est ralenti, car la pressions les jours d’école, c’est palpable.

Quand on aura plus de planning, plus d’horaires, on aura plus cette pression de la vie sur les épaules, on aura le temps d’attendre. Ils auront le temps de faire donc seront moins stréssés. Moi j’vous jure ce sont les matinées à zieuter ma montre qui me font perdre patience ! « Matéo, habille toi, Matéo, va à table pour déjeuner, Matéo, vas te laver les dents et te nettoyer les mains, Matéo, mets tes chaussures… Dépêche toi, on va être à la bourre ! » Et pour Thomas, même chanson. Sauf que lui n’est pas encore assez autonome donc je me presse avec lui. Et une fois en collectivité c’est la même limonade, ils sont pressés, minutés, c’est oppressant. Sans dec, je sais pas si je supporterai qu’on me saoule comme ça tous les matins, tous les jours en fait. On savoure rien. On fait tout tellement vite qu’on en oublie de se parler normalement. Ou alors, faudrait renoncer à de précieuses minutes de sommeil, se lever une heure plus tôt. Même pas en rêve !
Courir après le temps, c’est bientôt finit pour nous.

Ces photos, c’était y’a quelques jours, avec ma belle-soeur Margot, nous sommes allés nous balader dans les sentiers près de la maison. Cette petite forêt, on y va depuis plus de 3 ans avec mon homme et les enfants, c’est notre coin, c’est isolé, on y croise végétaux, animaux, insectes, et autres surprises. Dans cet endroit, je ne regarde JAMAIS ma montre. Parce que quand on y va, c’est qu’on a du temps. Le gros kiff. J’ai la chance que Margot aime faire des photos, ça me donne l’occasion d’avoir de précieux souvenirs de ces moments avec mes fils. Moi la photographe, j’ai toujours besoin d’illustrer mes sorties. Tout sera soigneusement consignés ici, ou dans mon carnet de vie.

Ces sorties, on va pouvoir les multiplier, les diversifier, les intensifier, et y semer des infos pédagogiques. On le sait, apprendre une langue, c’est bien plus facile quand on baigne dedans sans vraiment en avoir des « cours ». La patience, ça se vit. Je vais prendre le temps, d’apprendre avec eux. Parce que nous l’avons choisi, ce n’est absolument pas du courage. C’est juste NOTRE façon de vivre.

Cette réflexion est valable pour toutes les situations. Qu’on arrête de dire aux parents de familles nombreuses qu’ils sont courageux, ils l’ont choisit et s’ils sont heureux ils ne sont pas courageux. Qu’on arrête de dire aux végans qu’ils sont courageux, de la même manière ils l’ont choisit. Qu’on arrête de dire aux carriéristes qu’ils sont courageux, ils l’ont choisit.
Moi j’dis le mot courage ne devrait être réservé qu’à ceux qui subissent leur vie, ou la maladie, je ne me sens donc ABSOLUMENT PAS CONCERNEE 😉

Sur les photos de cet article, j’ai l’air d’avoir besoin de courage ?

Photos de l’article : Prise de vue de Margot – Traitement de moi. Janvier 2020

2 réflexions sur “Patience ? Courage ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s