Zèbre.

Y’aura beaucoup de gens bien mieux placés que moi pour expliquer les particularités d’un enfant dit « Zèbre ». Beaucoup de livres plus approfondis, beaucoup de blogs plus précis et dont les sources sont nombreuses (je vous en mettrai quelques unes en bas d’article) Je ne vais donc parler que de mon petit garçon, qui aujourd’hui m’est enfin confirmé comme tel.

Aujourd’hui, ce matin, comme ceux qui ont lu mon précédent article, nous avons rencontré la directrice de l’école pour justifier notre choix de l’instruction en famille, mais aussi pour faire le point sur ses acquisitions, pour que je puisse prendre le relai comme il faut, pour ne pas casser un apprentissage déjà entamé.

Elle n’était « pas d’accord« . Quelles étaient ses raisons ? Oui, on sait, elle n’a pas à être d’accord, mais je voulais quand même savoir comment elle pouvait être aussi sûre d’elle, pour être à ce point réfractaire.

Déjà, Matéo est le premier enfant dans sa carrière à être déscolarisé. Ok, la première fois, donc clairement, c’est l’inconnu, c’est flippant. Elle s’est renseigné sur nos droits et ses devoirs, et elle a effectivement baissé sa garde concernant la scolarité supposée obligatoire, en admettant qu’il n’en est rien. (Un point pour nous). On a parlé politique, finances publiques et moyens accordés à l’EN (Education Nationale), on a parlé réformes des retraites et réforme de l’enseignement, avancées en terme de pédagogies, etc. Elle a donc bien vu qu’on était pas des ignares, un point pour nous. Encore.

Ensuite, elle a parlé de socialisation. Là encore, en entendant nos projets, elle a bien compris qu’on allait pas mettre notre fils dans une cave en lui faisant bouffer des livres. Elle a été étonnée et rassurée de savoir ce que nous avions prévu pour sa socialisation, et pareil, elle fut obligée de reconnaître qu’elle nous avait mal jugé. La balance penche de notre côté..

Et là, la révélation pour ELLE.

Elle nous parle ensuite du « niveau » de Matéo. Je ne vais pas faire long, mais pour ma part les niveaux scolaires je m’en tamponne, si mon fils ne sait pas lire aujourd’hui il le saura demain, s’il prend toujours sa sucette aujourd’hui, je reste sûre que quand il se sentira il la retirera, etc. Mais évidemment, elle, c’est son métier de juger les niveaux, et d’ajuster pour que ça colle avec les objectifs de l’EN .

Elle nous dit : Matéo connait 24 lettres sur 26. Confond le C et le G. Il compte jusqu’à 27. Il ne sais pas colorier correctement. Il ne sais pas reconnaitre les syllabes puisqu’il ne lit pas le mot « papa », ni reconnaitre le prénom de son petit frère Thomas, même quand elle l’écrit en phonétique « TOMA ». Il ne sait pas nommer certaines parties du corps humain. Matéo ne participe pas, se met à l’écart, est un enfant sage à l’écoute mais qui n’est absolument pas actif, on dirait même qu’il est dans la lune, ne veut pas savoir.. Et quand elle essaie de lui proposer du niveau supérieur pour voir, il dit qu’il ne sait pas.

Cet enfant, c’est pas celui que nous avons à la maison. Il lit spontanément tout ce qui se présente à ses yeux, il additionne, soustrait, compte sans problème, écrit, sait placer le cervelet sur un schéma de cerveau, surprend le dentiste en lui parlant de dentine, et régulièrement fait le rapprochement entre les organes et ce à quoi ils servent. Il sait reconnaitre 6 à 8 espèces d’oiseaux, les aromates du jardin, nous juons ensemble à des jeux tels que le UNO, Monopoly, et il termine des Puzzle de 50 pièces. Bien au dessus du niveau qu’elle entend lui accorder.

A ce moment là, elle est sur le cul. Et nous aussi un peu finalement. Je savais qu’il mimait l’enfant « normal », j’entend par là, dans les cases et les moyennes de l’EN, mais je savais pas qu’il le faisait autant. Elle se rend compte qu’il l’a berné. Que non, ce n’est pas comme elle le pense un enfant « en retard » qui a besoin d’être suivi à l’école pour avancer. Elle capte qu’en fait, il est tout simplement à l’école juste ce qu’on lui demande, un élève. Notre petit zèbre a réussit à se fondre dans le décors, juste assez pour qu’on l’oublie. Juste assez pour avoir 3 copains et supporter ses journées. Elle réalise que oui, Matéo est mal à l’école. Car quand on lui parle des périodes maison, où sa vraie personnalité ressort, elle tombe de haut. Quand on lui parle de ses cauchemars, de son refus le matin de se lever pour aller à l’école, de son trop-plein d’émotions qui ressort chaque soir d’école.. Elle entend notre version, oui, Matéo SUBIT l’école.

Dessin de Matéo un matin d’école.

En fait, elle était juste dans l’ignorance de ses capacités. Encore une fois, en donnant toutes les infos, elle a compris. Compris et accepté que oui, il sera aussi bien et même mieux qu’à l’école. Parce qu’elle nous a bien proposé de mettre en place un suivi spécifique, un aménagement par le passage au niveau supérieur, mais nous, on sait, que Matéo quand il décide un truc, il tient. On sait que ça n’arrangera pas son rapport aux autres enfants de CETTE école de bifurquer à mi-temps sur le CP. Oui, notre décision est prise et ferme. Elle nous dit qu’elle aurait aimé avoir connaissance de ces infos avant, on la sent désolée de pas avoir capté. Mais je me suis chargé de lui rappeler que l’an dernier déjà, j’avais soumit cette idée. Qu’on m’avait répondu d’arrêter les apprentissages à la maison pour ne pas créer de décalage, que le passage au niveau supérieur ils ne faisaient pas dans cette école.. Oui j’avais déjà abordé le fait qu’il puisse être précoce. Non, nous n’avions pas été écoutés.

Pourquoi j’intitule mon article Zèbre ? Parce que de ce rendez vous, la maitresse nous a posé les mots « enfant précoce », « haut potentiel », en les définissant comme « en avance », « malheureux », « observateur », « à l’écart », « pas épanouis ». Oui oui, c’est bien lui. Et elle l’a reconnu. « Oui, effectivement, c’est une des caractéristiques des enfants à haut potentiel et hypersensibles, ils savent cacher leurs capacités pour être acceptés, ils sont capables d’être en échec scolaire alors que leur cerveau bouillonne à l’intérieur.. Je comprend mieux pourquoi vous pensez qu’il n’est pas bien à l’école  »

Soulagés.

Nous avons été entendus. Et même écoutés. Notre fils sera pour sa dernière semaine d’école reconnu en tant que l’enfant qu’il est vraiment. La maitresse/directrice a compris. Elle nous fournira notre attestation de radiation, et je pense, désormais, saura accompagner un peu mieux les parents d’enfants en future déscolarisation, non pas en les jugeants comme des personnes irresponsables, mais en essayant de comprendre leurs motivations et en les accompagnant vers ce nouveau mode d’instruction.

Encore une fois, quand on a TOUTES les cartes en main, c’est nous, qui choisissons notre chemin .

On va surement nous demander « vous l’avez fait dépister ? Diagnostiquer ? Evaluer ? » Notre réponse est non. Je n’ai pas besoin d’avoir un nombre QI pour savoir que mon fils est un zèbre. Je le connait. Mais rien n’est figé. Rien n’est bloqué. Pas d’étiquette. J’veux pas qu’on essaie encore de rentrer notre fils dans une autre case, même si c’est celle qui lui correspond le mieux.
Je pense qu’on ira voir quelqu’un effectivement pour savoir comment aborder au mieux cette particularité, savoir comment l’aider à devenir qui il est sans lui créer de blocages, mais on fera ça plus tard, quand on sentira qu’il/on en a besoin. 🙂 Là on va juste apprécier le temps qu’on se donne pour apprendre. Sans pression.

De quoi vous renseigner..

Et chose promise, je vous renvoie à ces quelques sources pour en savoir un peu plus sur les enfants zèbres.

Livres (Avec lien Amazon vous vous permettre de consulter plus facilement les résumés, mais je vous invite clairement à contacter votre libraire pour passer commande, privilégions le commerce local.)

Que j’ai en ma possession —

Précoce, haut potentiel, accompagner son enfant – Maud Gourtay-Saussaye
Je ne suis pas un âne, je suis un zèbre ! – Anne Widehem
C’est l’histoire d’un zèbre – William Réjault
Accompagner l’enfant surdoué : HP et heureux – Tessa Kieboom

Et que je n’ai pas encore lu mais qui sont sur ma liste —
Avec lui c’est compliqué ! – Cécile Stanilewicz & Gabrielle Sebire
Accompagner son enfant zèbre – Jasmine Gage
Les tribulations d’un petit Zèbre – Alexandra Reynaud
L’Enfant surdoué – Jeanne Siaud-Facchin
Rayures et Ratures – Chloé Romengas
Mon enfant est précoce – Nathalie Favre & Béatrice Lorant
Tronche de zèbre: Ma vie d’enfant précoce – Vincent Thibodeau

Sites internet et réseaux sociaux :
Les Tribulations d’un petit zèbre
Enfants précoces.info
Zèbre hypersensible sur Instagram
Pensées d’une zèbre sur Instagram

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s