Passer par le jeu.

Y’a quelque jours, une maman sur instagram me parlait de son envie d’en savoir plus sur nos futures journées, bon, déjà pour le moment on y est pas encore à 200%, mais en plus, je ne pense pas avoir une journée type sur le long terme. Je lui expliquait qu’on allait surtout jouer, pour que les apprentissages soient fluides et inconscients pour mes fils.
J’ai pris l’exemple du Monopoly, puisque dimanche dernier nous y avions joué avec Matéo.

Monopoly(ser) toutes les parties du cerveau.

J’ai toujours détesté les maths. Enfin, je suis une menteuse, j’ai détesté les maths jusqu’en 3ème, puis, j’ai eu un professeur géniallissime qui a réussit à me les faire aimer. Il passait ses cours à nous faire rire, il passait les infos entre deux blagues, j’ai jamais été aussi attentive en cours, et bien ça m’a plutôt réussit ! J’ai appris plus en une année que de toute ma scolarité antérieure. Juste parce que d’un coup je trouvais un intérêt à ces cours.
De là j’ai compris que les apprentissages, c’est pas juste une question de savoir. C’est aussi une question d’envie.

Si j’avais présenté à Matéo la chose suivante : veux-tu apprendre les dizaines, les centaines et les unités, et blablabla, clairement il aurait dit oui, car il est curieux, mais une fois devant un bouquin ou une fiche il aurait trouvé ça… plat.

Mais je sais qu’il est en période sensible des maths en ce moment, il passe son temps à calculer, il compte, il dénombre, il soustrait, tout est bon pour qu’il cherche à bidouiller les nombres. Alors, on a sorti le Monopoly qu’il a eu pour ses 5 ans. TADAM ! On est en plein dedans.


Maths : lancer les dés, compter le résultat, voire les additionner, puis avancer le pion d’autant de cases. Une fois sur la case, si besoin d’acheter, savoir combien ça coûte, trouver les billets nécessaires à l’achat, pareil, additionner les centaines, les dizaines et les unités, comprendre que 200 + 20 = 100 + 100 + 10 + 10 = 220, décomposer, recomposer, se faire rendre la monnaie, compter encore.
Linguistique : savoir s’exprimer pour demander les loyers, savoir rétablir les sommes en toutes lettres, lire le nom des planètes (nous avions pris un Monopoly édition de l’espace), lire les sommes énoncées, trouver la carte correspondante à la case quand on l’achète..
Astronomie : faire le tri entre planètes, satellite naturel ou non, base spatiale, etc. Cette version du Monopoly a permit à mon fils d’être dans son thème de prédilection du moment. 🙂
Social : savoir attendre son tour, payer ses dettes à la banque, toucher un salaire sur la case départ, gagner humblement, perdre sans s’en trop s’en attrister, travailler une stratégie, respecter les règles du jeu, la consigne, ranger en fin de partie..

Ceux qui connaissent le Monopoly savent que les parties peuvent être très longues. Alors j’ai opéré un changement pour la nôtre, à savoir que je n’ai pas inclus les « maisons » et « hôtels ». A 5 ans, je pense qu’on a encore un peu de temps 🙂
Chance du débutant ou pas, il a gagné la partie.

Apprentissages autonomes

Vous me direz que ce n’est pas tout à fait autonomes, puisque j’ai intégré des notions dont on a même pas conscience en tant qu’adulte quand on joue à ce type de jeu. Mais si, car c’est en lui donnant ces notions pendant le jeu qu’il deviendra autonome par la suite dans ces réflexions.
John Holt dans son livre Les apprentissages autonomes disait qu’il n’est pas nécessaire de suivre un programme, en fait, nous devons simplement répondre aux questions de nos enfants au moment où elles se posent, car c’est là que leur cerveau sera prêt à enregistrer la réponse. En jouant au Monopoly, j’ai répondu à l’envie de mon fils de jouer, en choisissant un Monopoly édition spatiale, j’ai répondu à sa passion du moment pour l’espace, et nous avons tout deux pu « travailler » sur les entités spatiales autant que sur les notions plus « scolaires ». Chaque question de sa part a trouvé une réponse. Il en est sorti fier et plus instruit qu’avant de jouer. C’est aussi en ça que les jeux sont pour moi un excellent moyen d’apprendre. Nous avons passé un super moment ensemble.


Quand j’ai commencé à lire sur le sujet des apprentissages autonomes, je me suis mise en quête de plein de jeux dits « libres » ou de société, pour favoriser le savoir, la créativité, l’imagination. Je ferai surement un article sur le contenu de nos placards et étagères plus tard, quand tout sera bien installé, au moment de mon arrêt d’activité. D’ici là, vous pourrez lire nos parties de jeux, et vous rendre compte si vous n’en aviez pas conscience qu’on en apprend bien plus qu’on ne le croit, en s’amusant. 😉

2 réflexions sur “Passer par le jeu.

  1. ehtusaisquoi dit :

    hello hello! je suis en train de parcourir ton blog ayant nous mêmes fait le choix de déscolariser notre fiston (qui a l’âge de Mathéo). On cherche encore (et puis on se dit qu’on cherchera certainement tout du long du parcours IEF!) une organisation. Quelque chose de souple mais de structuré et structurant pour mon fils. Beaucoup d’informels et de jeux mais proposés tout de même dans un cadre. Ton semainier édifié sur la base des propositions de Mathéo m’inspire en cela beaucoup! J’ai pris notes de qq références de lecture que tu cites (herrman, Simard, Holt) et je me demandais si tu avais d’autres conseils lecture à partager ? Perso j’ai lu les deux bouquins de Céline Alvarez sur les lois naturelles de l’enfant que j’ai trouvé pas mal inspirant et qui m’ont permis de transposer des choses auprès de mon fils , même si nous ne sommes pas dans le contexte « classe » dans lequel elle inscrit sa démarche. Et je suis très friande de ressources de ce type qui pourraient nourrir ma démarche en IEF. Au plaisir de te lire tout du long de ce blog que nous suivrons donc!

    J'aime

    • Mavertho dit :

      Hey ! Désolée de ne tomber sur ton commentaire qu’aujourd’hui !
      Niveau lecture j’en ai eu un paquet qui m’ont inspiré ! Alvarez j’ai eu lu aussi, ainsi que Montessori (l’Enfant). Je ne peux que te conseiller dans la même veine les livres de Catherine Gueguen, et ceux d’Isabelle Filliozat, mais si tu aimes ce genre de lecture tu as déjà du tomber dessus, assurément.
      J’ai beaucoup aimé également « Pourquoi j’ai créé une école où les enfants font ce qu’ils veulent » et « L’école de la Nature », qui abordent les écoles alternatives sans pédagogie particulière, mais profondément ancrées dans la nature. Après, en ce moment je suis dans une phase où j’ai l’impression de lire toujours la même chose, donc je pense que je vais tout simplement arrêter d’acheter des ouvrages, et me concentrer sur ceux que j’ai déjà 🙂 J’ai eu une grosse boulimie de livres pédagogie/lifestyle, faut que je me calme AHAHAH !

      Merci en tout cas de prendre le temps de me lire, je viens de publier un nouvel article, alors j’espère qu’il te plaira aussi 🙂

      A très vite !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s