Occuper les journées ?

Je pensais revenir sur mon blog après un mois d’unschooling, pour vous faire un bilan, c’est à dire le 22 mars. Mais vues les circonstances, et vues les interrogations que je reçois quotidiennement, je me suis dit qu’il fallait que je vous donne ma vision des choses..
Ce post n’engage que moi. Comme tous les autres.

Ça fait donc quelques jours (officiellement depuis le 22 février 2020) que Matéo est en unschooling, déscolarisé par choix, avant les mesures gouvernementales conséquentes au COVID19.
Nos journées sont rythmées par les envies de Matéo et de Thomas.
Souvent, ils veulent simplement aller dehors. Le temps maussade pendant les congés scolaires ont avorté nos idées de sorties, aussi, nous nous sommes occupés à l’intérieur.
Je ne suis pas de programme scolaire. Je n’impose pas d’heures de cours, je n’impose pas de planning journalier. En revanche il y a quelques jours Matéo nous a demandé un planning hebdomadaire. Je pense qu’il aime savoir ce qui l’attend.

Je vous le donne comme il l’a choisit, et en italique, je vous donne ce que je vais en découler :

Lundi – Jour de pâte à modeler // Motricité fine, écriture dans le sable ou autres textures, manipulations diverses.
Mardi – Jour de peinture // Créations artistiques guidées ou non, initiation aux arts visuels, et activités sur papier.
Mercredi – Jour des livres // Lecture à voix haute, lecture personnelle, bibliothèque, et apprentissage de la grammaire et autres notions par la lecture.
Jeudi – Jour de construction // Kapla, Légo, etc pour créeer des univers, favoriser l’imagination et le jeu de rôle par l’imitation, algorithmes (reproduire des formes avec les legos, suivre une notice pour arriver à une maquette…)
Vendredi – Jour de sortie // Sortie pédagogique, parcs, jeux extérieurs, musées, expos, théatre, cinéma, etc.
Samedi – Jour des cahiers // Oui, mon fils finalement veut faire un peu de formel. Il a trouvé des cahiers avec des activités écrites et il se plait à s’isoler là-dedans, ce n’est pas ce que j’avais imaginé, mais si c’est son envie, Why not ? C’est donc la journée de formel.
Dimanche – Marché, vide-grenier, famille et TV // Déformation maternelle, mais c’est un rituel qu’il aime beaucoup, nous conservons donc notre habitude d’aller au marché, d’aller chiner des trésors, à l’heure du midi nous sommes bien souvent chez ma mère en famille, puis l’après midi est souvent relaxe complète, on fait une sieste décalée, on regarde la télé ensemble, on ne « fout rien du tout ». 🙂

Matéo a – je trouve- très bien équilibré « ses » journées.
A aucun moment ce planning n’est une obligation. Je lui ai expliqué que je le mettrai en forme sur papier pour l’afficher dans notre pièce de vie, et quand il sentira qu’il a besoin d’idées, il pourra la consulter.
Evidemment, même si nous étions prêt à être disponibles pour nos enfants, nous aussi, nous nous voyons un peu coincés par les nouvelles restrictions, puisque nos idées de sorties pédagogiques et publiques se voient reportées. Mais c’est comme tout, on s’adapte.

Je tiens à mettre un point d’honneur sur le fait que je ne me sens pas INDISPENSABLE dans les jeux que font mes fils. Je met à disposition les outils nécessaires à leur épanouissement, mais je ne suis pas obligée de rester statique à côté d’eux pour le veiller ou contrôler ce qu’ils font. J’ai moi aussi un planning perso de choses que je veux faire dans mes journées. Je n’ai d’ailleurs pas encore totalement arrêté de travailler, jusqu’à la fin du mois de mars je suis encore très prise par mon métier de photographe.

J’ai vu passer des planning fournis par les écoles qui me hérissent un peu. J’ai vu des contenus complètement farfelus, des « semaines » de devoirs.. Je parle en tant que maman de maternelle, mais à quel moment vous pensez que vos enfants ont besoin d’un programme pour évoluer ?
Des idées de jeux Ok, des idées d’activités, des idées ou des feuilles pour qu’ils puissent suivre leurs envies d’apprentissages.. Mais pensez vous réellement que votre enfant DOIT être sollicité de 9h à 17h ? Pensez vous qu’en temps scolaire il l’est ? Les instit’ ne PEUVENT déjà pas elleux même être 8heures sur votre enfant, alors pourquoi voulez vous vous l’imposer ? Enlevez le temps du repas de midi (11h-13h30 bien souvent), les temps d’habillages et déshabillages (à la louche, une heure sur la totalité de la journée), les temps de récréations (environ 1h30 sur la journée), et les temps où l’instit’ explique à d’autres.. il ne reste guère plus de 2 heures à votre enfant pour être dans l’action d’apprendre. Et encore, il faut diviser par 3 car le contexte « Classe de 30 élèves, bruit, fatigue, etc » n’est absolument pas productif, donc c’est un temps très flou.

Alors on se détend. Si vous arrivez à vous poser avec votre enfant 30 minutes dans la journée, pour lui faire faire une petite feuille avec une activité, ou un jeu pédagogique, ou une activité manuelle dirigée, ce sera parfait ! Ne vous mettez ni la pression à vous, ni à votre enfant.

Ici, j’accorde environ une heure à mes fils dans la journée ou je pose tout pour eux. Parfois je prend des photos, pour montrer plus tard à l’inspection académique nos activités, mais c’est tout, mon cerveau est entièrement dédié à eux.
Quand on dit « Jour des livres » en fait c’est juste qu’à un moment dans la journée c’est sur cette activité qu’on va se poser. Mais la vérité, c’est qu’il est tout à fait possible que nous ne fassions rien d’autre ce jour là, ou au contraire si les garçons sont motivés, nous pouvons passer la journée à faire tout ce qui était prévu dans la semaine.

L’ennui, le meilleur ami de l’enfant.

Oui, je persiste, je signe et j’insiste, quand mon grand s’ennuie, je m’en félicite. Il a l’esprit libre de faire ce qu’il veut ! C’est génial ! On parle tout le temps de charge mentale, l’ennui c’est bien qu’il n’y a AUCUNE charge au moment M. Alors parfois je lui demande s’il veut que je lui donne une idée. Parfois je lui dit de trouver une activité, et parfois même je lui dit : « profite, pose toi au sol, sur ton lit, où tu veux, et réfléchis, médite ! » Après tout, c’est aussi une activité non ?

J’ai remarqué ces premiers jours d’unschooling que mes fils adorent être dehors. Et dehors, il est plutôt rare qu’ils embarquent des jeux complexes. Souvent, ce sont des voitures, ou des figurines animales, les casseroles enfant de la maison, mais aussi des bouts de bois, des cailloux, des feuilles.. Nous avons le droit à la soupe aux pissenlits, à la course de voitures dans l’herbe, à des galeries creusées avec des branches pour y faire des chemins pour les vers de terre.. Et à AUCUN moment c’est moi qui suit à l’initiative de ses idées. Ils sont tout à fait capables de s’occuper, quand leur imaginaire commence à bosser un peu.
(J’ai quelques images pour illustrer nos jeux de jardins, mais ce sera le sujet d’un autre article.)
En deux semaines, j’ai remarqué que même à l’intérieur désormais ils savent trouver de quoi s’amuser sans être dans la demande d’idées. Parfois, ils ont besoin d’un outil, d’une aide matérielle pour accomplir leurs histoires. Parfois, je ne les entends pas de la matinées, et je peux donc vaquer à mes propres occupations.
L’ennui leur a permis de devenir « autonomes » sur leurs activités.

Nos journées chargées.

Hier, nous avons eu une journée chargée. AHAH. J’vais vous détailler ça, on est loin des emplois du temps fournis par certaines écoles, sur table.

Le matin, après s’être préparés, et avoir déjeuné, ils ont fait du jardinage avec leur papa. C’est avec des semis de printemps qu’ils se sont tous les trois occupés pendant que j’étais en séance photo à l’extérieur. Ils ont donc abordé l’importance de l’eau, de la lumière, du soleil, de la terre et ce qui la compose. A leur niveau, Pierre leur a expliqué tout ce qui fait un semis réussit. Ils ont planté ce qui nous alimentera d’ici quelques semaines/mois, ce sont des enfants très fiers de ça et ils se sont fait une joie de tout me raconter en détail quand je suis rentrée. 🙂

Midi, heure du repas, qu’ils ont préparé – à leur niveau – avec leur papa. Ensuite, ils sont allés à la sieste (une tradition que nous pouvons garder, puisque Matéo a 5 ans dort encore souvent entre 1 et 3 heures.). J’en ai profité pour bosser les post-traitements, pendant que mon conjoint est parti travailler.

Matéo se lève, et comme il le sait, il doit garder le calme le temps que son frère sorte lui aussi de la sieste. Il a donc choisi de lire un livre, puis de jouer avec ses figurines Schleich.

Ma belle soeur est arrivée pour nous rendre visite, et Matéo l’a sollicité pour un jeu de société. Ils ont donc joué au jeu de l’oie de Cornebidouille, Thomas s’est réveillé pendant le jeu, est venu se blottir contre moi le temps d’émerger, puis une fois leur partie terminée nous nous sommes préparés à sortir.

Nous sommes allés dans un verger de pêchers, près de la maison, où nous avons croisé des biches, ramassé des noyaux, trouvé des pissenlits plus gros que la paume de la main, et joué dans l’herbe à se chamailler.

Merci Margot pour les images que tu réalises lors de nos sorties ❤


L’heure du gouter arrivant, je suis allée acheter en boulangerie des chocolatines (ou pains au chocolat, pour les autres), et nous sommes allés ensuite rendre visite à un couple de retraité que ma belle soeur connait un peu pour voir des animaux.

Chèvre, ânes, daim, moutons, chiens et autres composent leur petite ferme, et les enfants ont eu le plaisir de les caresser, leur donner à manger, et nous avons écouté la veille dame nous parler de la tonte des moutons, de la traite de la chèvre, et du caractère bien trempé de l’ânesse !

Les enfants ont commencé à fatiguer (à être pénibles oui, en vrai pour nous c’est ça, mais prenons du recul, avec tout ce qu’ils ont fait, c’est logique), nous sommes alors rentrés chez nous, pour manger notre gouter un peu plus tardivement qu’à l’accoutumée (à 17h30), et ils ont réclamé de se poser devant la télévision pour regarder « Arthur et les Minimoys », leur dessin animé préféré du moment.

L’heure du repas est vite arrivée, mais ayant gouté tard, ils n’avaient pas très faim je pense (en temps normal ils me réclament à manger à 18h45-19h). Matéo m’a réclamé un bouillon avec des perles du Japon. Repas pris, soins faits, ils sont allés se coucher sans heurts, rassasiés et éreintés de leur journée CHARGEE.

Oui, nous en avons fait BEAUCOUP hier. Et si nous nous imposions ça au quotidien, ça deviendrait une contrainte, si nous nous imposions un rythme aussi soutenu, personne, ni eux, ni moi, ne le supporterai. Nous avons BESOIN de temps off, pour recharger nos batteries.
Être en école-maison, nous permet de profiter de la motivation des enfants les jours où elle est présente pour faire plein de choses, et nous permet de profiter de ne rien faire les jours où nous n’avons pas envie de bouger.

Faites-vous confiance.

A tous les parents qui se demandent comment ils vont faire pour que leurs enfants ne s’ennuient pas ou apprennent des choses, posez vous, regardez vos enfants, et invitez les à s’ennuyer, à trouver ce qui les fait vibrer. Ils apprendront de leurs jeux bien mieux que de devoirs. Faites leur confiance, et faites vous confiance aussi. Vous n’avez pas besoin d’un diplôme pour vous occuper de VOS enfants.

Profitez de ce temps de crise pour réaliser qu’ils sont tout à fait capables de trouver leur chemin. Ça demande un lâcher-prise que la société ne nous autorise plus, aujourd’hui, ceux qui sont considérés comme les meilleurs sont ceux qui excellent en tout, font tout, vivent à mille à l’heure, sont overbookés. J’ai longtemps pensé ça moi aussi. J’ai longtemps voulu tout prendre à ma charge, être riche, business woman, maman parfaite, femme parfaite, personne connue et reconnue, etc. Mon suicide professionnel a été très dur à voir comme tel. Mais quand je pense à ce que je vais pouvoir apporter à mes enfants.. Je nous fais confiance pour que ça m’apporte autant de bonheur sinon plus !

Et si être le meilleur, c’était simplement de vivre SA VIE ?
Vous avez une très bonne excuse pour voir vos enfants plus longtemps, pour ceux qui peuvent poser des jours, vous avez la chance de leur montrer que oui, c’est une chance.
Oui, ça peut être dur, épuisant, etc. Comme tout travail en fait. Mais regardez le verre à moitié plein, déculpabilisez vous si les devoirs ne sont pas tous faits, ne vous mettez pas la pression, et surtout, ne leur mettez pas à eux.

Eux, sont ravis de pouvoir être plus proches de vous. Rendez leur ❤

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s